Connexion  

   

Calendrier  

   

Qui est en ligne  

Nous avons 144 invités et aucun membre en ligne

   

Statistiques  

Visiteurs
118
Articles
733
Compteur d'affichages des articles
1391501
   

Nous voilà arrivé à l’épisode 9 de la saison 1, qui s’est déroulée non pas sur Netflix mais à Rapatelix. Nos antagonistes du jour viennent du fin fond de la comté bretilien et ils sont plus qu’en avance tandis que les jouteurs locaux arrivent aux comptes gouttes à l’heure escomptée. Lorsque

tout ce beau monde s’est mis en tenu d’apparat et fourbi leurs raquettes pour un tour d’échauffement autour des arènes délimitées par un filet. Les capitaines décidèrent de lancer les défis.

Le preux David lève sa raquette en simple contre un maloin, avec l’expérience de l’âge, habitué à courir et faire trainer les points. Sur ce premier set, il y laissera énormément d’énergie mais arrache quand même difficilement le gain à 2 points d’écart 24-22. A voir jouer David, on a l’impression qu’il traine des pattes peut être par manque d’hydratation. Quand on lui a dit qu’il y a de la cervoise au repos des guerriers. Un seconde souffle l’anime pour remporter avec plus d’écart dans son 2e set. Et voilà un point accroché au tableau de la rencontre.

En parallèle des débats, le sieur Adis entame sa rencontre plus sereinement avec un jeu simple et juste pour prendre le premier set à son adversaire. La confiance du premier set lui fait relâcher sa garde et laisse filer le 2e. Ne manquant pas de ressources et se ressaisi pour clos le dernier set du débat en sa faveur.

Les simples dames,  représentées par gentes dames Emilie de N, et Emilie d’O, déroulent leurs jeux sans être inquiétées par le répondant de leurs adversaires du jour. Pourtant les deux malouines bien inspirées, vivant dans la cité de deux corsaires connus et reconnus pour leurs combativités, se battent jusqu’au bout mais concèdent avec amertume les deux débats, qui au terme du moment, laisse 4 points sur le tableau de la rencontre à la faveur des représentants de la maison Roazhon.

Les duels s’enchaînent, mais nos antagonistes en ont vu d’autres. La fierté permet des sursauts dans le mixte où Emilie et Niels se battent avec vivacité mais contre un duo qui se connaissent plutôt bien, mais aussi l’habitude de jouer ensemble. La confrontation bascule cette fois ci en faveur des malouins.

Le capitaine, j’ai cité le sieur Bruno ainsi que sa complice du jour, encore une Emilie. A croire que leurs familles respectives se sont données le mot, comme un signe de ralliement, de doter leurs progénitures d’un prénom commun. En tant que témoin d’un duel qui basculera ou non l’équipe vers les 5 points, signe d’une victoire. Le duo se laisse dans une incertitude à un set partout (gagné le premier set, perdu le 2e) ! Le capitaine et sa binôme pour le 3e set, reviendront aux fondamentaux. C'est-à-dire qu’il faut arrêter de poser mais agresser avec vigueur la partenaire de son homonyme. En bref, et lors du coaching, BRUNO, AGRESSE LA FILLE, ARRETE DE FAIRE MUMUSE !!. Mais ça ne sera pas suffisant, le 3e set entrera dans l’escarcelle de nos hôtes.

Le 5e point viendra du double dame, et vous devinez quel patronymie ? j’ai nommé Emilie et Emilie. Un match assez équilibré, un premier set serré mais qui ira pour la paire double E. L’ascendant psychologique du premier set permettra de dérouler dans le 2e échange sans énormément de contestation de leurs adversaires.

La dernière rencontre du double homme sera soit pour l’honneur des maloins ou bien la confirmation de l’élan d’équipe. Le premier set sera très difficilement en notre faveur avec des constructions où les défauts et travers ne sont pas trop ressortis. Ce qui ne sera pas le cas pour les deux sets suivants où la complication prendra le dessus du jeu et on cédera les deux sets.

Comme dans toute histoire, il y a des idylles qui naissent. La romance démarre comme dès fois par un tatouage sur un maloin qui subjuguera une Emilie. Et le rapprochement se fera à la 3e mi-temps par des défis de dessin de sexes qui ne sont que prétextes d’un pas de l’un vers l’autre. La suite de l’histoire leur appartient et je ne dirais rien d’autres.

 

Commentaires   

#1 David LOUIN 23-04-2019 23:17
On reste sur notre faim...... On veut savoir comment ça c'est terminé :-*

You have no rights to post comments

   
© ALLROUNDER