Connexion  

   

Calendrier  

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
4
6
8
9
11
13
15
16
18
19
20
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
   

Qui est en ligne  

Nous avons 52 invités et aucun membre en ligne

   

Statistiques  

Visiteurs
113
Articles
708
Compteur d'affichages des articles
1207316
   

Le trouble anormal de voisinage lié au bruit est caractérisé par une émergence acoustique de 5 décibels en journée ou de trois décibels la nuit, mesurée par rapport au bruit ambiant du local. Par ailleurs, on sait que la manifestation du bruit dans une situation donnée qui nous intéresse ici survient dans des conditions climatiques occasionnant des vents de plus de 40km/h suivant la définition conventionnelle de météo France, qui établit ses mesures avec des engins disposés à 10 mètres du sol.

L’année 2018 est exceptionnelle à plus d’un titre en ce qui concerne les conditions météorologiques, anticycloniques sur de très longues périodes et en dépit des saisons. Tout cela occasionne des difficultés quasiment insurmontables pour l’organisation d’une expertise contradictoire et m’a conduit à être présent à Rapatel ce lundi soir de rencontre de D3.

En résumé, j’étais là alors que je n’aurais pas dû être là.

L’opportunisme de mon capitaine Brüno n’ayant d’égal que sa latéralisation déviante, il m’a chargé de rédiger un résumé de la rencontre, que je vous propose dans la suite du texte dès qu’on en aura fini avec cette introduction scientifique inutile donc indispensable.

« Aujourd'hui, le soleil sera caché derrière des nuages à Rennes où le temps sera maussade. Une légère brise de sud-ouest soufflera. Le temps sera au brouillard dans la matinée. Les températures seront de 11°C. Le soleil se fera désirer l'après-midi, où des nuages sont bien installés. La météo sera instable avec de petites averses. Les valeurs seront comprises entre 11 et 13°C. La soirée va rester grise à cause de petits nuages qui perdurent dans le ciel. On prévoit des températures dans les 10°C. On passera de lundi à mardi par une nuit brumeuse. », m’annonça la prévision au sot du lit. Je vous passe le récit pourtant fascinant de ma journée qui fut riche en rebondissements plus ébahissants les uns que les autres pour en venir à la soirée à laquelle je ne pris part qu’en qualité d’observateur.

Parmi les nombreuses Émilie de l’équipe, preuves vivantes s’il en fallait une de l’incroyable manque d’imagination des parents de toute une génération, une était plus pressée que les autres, pour d’obscures motivations que nous tairons ici. Pour des raisons évidentes de compréhension du récit, nous l’appellerons Noël. Noël était donc très en hâte d’en finir et notamment dans le premier set, qu’elle laissa à son adversaire avant d’offrir plus de résistance dans le deuxième. Cela ne suffit pas pour autant et nos adversaires du soir empochèrent le point du simple dame 1. Noël put s’en aller vaquer à ses obligations, sans doute nombreuses en cette période de l’année.

Pendant ce temps, les vaillants David et Niels, nos héros capillaires, lançaient les simples hommes. La chevelure attachée par un bandeau aussi stylé que fonctionnel, David ne faisait qu’une bouchée de son adversaire du jour, cependant que le badiste en pantalon qui affrontait Niels se montrait peu impressionné par la fro du bro Personnic, qui avait perdu son mojo frotteur à bicyclette.

Par chance, dans le deuxième simple dame, Oriane faisait respecter son rang de baronne de Brie et ramenait les deux équipes à égalité à l’issue des simples.

S’engageait alors la lutte finale avec les doubles. C’était au tour d’une autre Emilie de frapper, la Lambert. Dans le double dame, elle s’associait à Oriane pour une défaite en deux sets. Malheureusement, comme nous l’apprîmes ce soir là, il arrive que la pie gâche. Nulle présence de ce volatile, mais un bon jeu de mot vaut bien un petit arrangement avec la réalité.

Les degrés Celsius (°C) - du nom du physicien suédois - sont définis par le fait que 0 °C = 273,15 K et qu'une variation de 1 °C est équivalente à une variation de 1 K. L'échelle Celsius est l'échelle de température utilisée dans la plupart des pays du monde.

Le saviez vous?

Soucieux de l’équilibre global de sa prose, votre serviteur s’efforce de contrebalancer toute licence poétique par une vérité scientifique admise dans l’état actuel des connaissances.

Dans son autre double, la mère Lambert mixtait avec Anthony, aussi fameux pour ces brioches que pour son revers à deux mains sur terre battue mais qu’il remet à demain sur parquet. Bref, ou pitch comme on dit chez les dyslexiques bi-polaires soignés aux électrochocs, le mixte matchait et débouchait sur un point dans la besace de l’équipe.

Si vous suivez aussi bien que je conte, ça fait 3-3.

On envoya alors nos antiques pour le double homme, misant sur l’expérience au détriment de la fougue. Thierry et Michel et Bruno et Richier (drôle de prénom) s’avançaient forts de décades d’expérience et on ne donnait pas cher de le peau de leurs adversaires. C’est en 1913 que le jeune Thierry Michel inventa le volant plume par accident, alors qu’il cherchait à propulser une volaille vers la lune en utilisant un bouchon en liège pour protéger la tête du cobaye... il ne resta rien du pauvre animal mais la face du badminton en fût changée à jamais... qu’il en soit ici remercié, le poulet, Thierry était bourré et ne savait pas où il en était, sauf qu’il reprendrait bien du pâté.

Le saviez vous?

Toujours est-il que l’art ancestral du double homme ne fut d’aucune aide à notre grande paire, et que Mordelles prit l’ascendant au score.

Il restait à espérer le partage des points en prenant l’avantage dans le second mixte. Ni une ni deux, c’est Huu Tri qui s’y colla avec Bénédicte, avec force motivation et rage de vaincre. Après deux manches accrochées décidées à deux points d’écart à chaque fois, les deux paires étaient à égalité. Hélas, nos deux représentants ne parvenaient pas à maintenir le suspens dans le troisième set, et Mordelles remportait ce match en même temps que la rencontre.

Je ne sais pas si c’est bien comme ça que ça s’est déroulé, en tout cas c’est ce qu’on m’a raconté alors que j’attendais le train de dix heures…

Figurez vous qu’un petit coup de vent eut suffi en ce lundi de Novembre pour que ce brillant résumé n’existât jamais. Je préfère ne pas y penser.

« Les psychiatriques sont des gens à qui on explique tout le temps qu’ils n’ont pas ce qu’ils ont et qu’ils ne voient pas ce qu’ils voient, alors ça finit par les rendre dingue. »

C’est pas moi qui le dit, c’est Romain Gary. Lisez Gary les gens.

 

 

 

 

Commentaires   

+1 #1 Yane 21-11-2018 19:26
Ca faisait longtemps que je n'avais pas pleuré de rire en lisant un compte-rendu ! Merci A10...
#2 adis 22-11-2018 07:38
Merci Yane, le plaisir est pour moi!
#3 Thierry M 22-11-2018 14:00
Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir ....( H-F T )
Bravo et merci
#4 Peter 23-11-2018 13:31
Dis Adis

Je vise le prix Nobel du résumé ou quoi :P

Not too shoddy :) :)

A man, a plan, a canal : Panama !!!
#5 Peter 23-11-2018 13:35
Citation en provenance du commentaire précédent de Peter :


Je vise le prix Nobel du résumé ou quoi :P


"Tu vises" (je suis fatigué)
#6 adis 23-11-2018 13:39
Dis donc l’Anglais, t’es gonflé de me palindromer dans les bronches dans ton vil patois!
#7 David LOUIN 25-11-2018 09:38
L'invention du volant par Thierry M : épique ! :lol: :lol: :lol:
#8 adis 25-11-2018 19:43
Citation en provenance du commentaire précédent de David LOUIN :
L'invention du volant par Thierry M : épique ! :lol: :lol: :lol:

On lui doit beaucoup!

You have no rights to post comments

   
© ALLROUNDER